Forum de la famille Burguet
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonjour Invité, ta dernière visite date du , tu as écrit 4 messages sur le forum Burguet

Partagez | 
 

  Bourse : doit-on s'inquieter ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe R




MessageSujet: Bourse : doit-on s'inquieter ?   Mer 16 Sep - 0:55

Bourse : Malgré la baisse,  je ne suis pas inquiet ... à long terme !

Si vous vous méfiez terriblement de la Bourse, alors je ne peux que vous conseiller d'en rester éloignés, la peur est la pire des conseillères dans ce domaine

Si par contre vous possédez quelques actions, par exemple dans un PEA, j'espère que cet article vous remontera le moral, dans cette période de morosité boursière

Pourtant, même si vous n'avez pas la moindre intention de mettre un sou dans le palais Brongniart, je vous conseille de lire (ou de survoler), pour info, pour avoir un avis différent de ce qui vous est généralement martelé sur les écrans télé.



1) Morosité, sinistrose, avis alarmistes

Chaque fois que la bourse baisse nous avons toute une série d’analystes financiers,  d’économistes, et autres voyants et cartomanciennes qui vous expliquent pourquoi ça a baissé !
Intéressant, mais on préfèrerait peut-être le savoir AVANT

En mai 2012  je  conseillais  d’acheter, par exemple de la Société Générale ou du Lafarge.
Que vous disaient tous les conseillers en mai 2012 ? « On en est au début de la baisse ! »,  ça allait être la crise financière sans précédent, l’apocalypse !

La Société Générale cotait alors autour de 16, elle cote aujourd’hui  42.03 malgré la baisse très  importante de cet été, due à la morosité ambiante depuis juillet et la crise de la Grèce

Lafarge cotait 29.50, elle cote ce soir 52.71 (à cela il faut ajouter une distribution d'actions gratuites, 5%, le 8 septembre) malgré une baisse encore plus importante, due aux raisons évoquées auxquelles il faut rajouter un coup de Jarnac particulièrement malhonnête que je vous raconterai peut-être. (Heureusement j’ai vu venir le coup)

A ces plus-values, il faut bien sûr ajouter les dividendes annuels, bien réguliers.

Et ça recommence périodiquement, en novembre 1987, en 2003, en 2008, en 2012, et de nouveau depuis juillet cette année.

Je ne sais pas ce que va faire la bourse dans les prochains jours (si je le savais je deviendrais très riche) ni même si elle sera en hausse dans un an,  mais je suis sûr d’une chose :

A long terme, il n’existe aucun meilleur placement que la bourse.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dow_Jones_Industrial_Average


En tout cas dans la limite du PEA, sans quoi la fiscalité en France est dissuasive, ce qui explique en partie la relative faiblesse des marchés français.

2) Pourquoi certains analystes financiers sont très pessimistes ?

Il n’y a pas pire conseillers que les gens qui sont dans ce milieu   (je le sais, j’en ai fait partie 8 ans Very Happy ), ils ont "la tête trop près du guidon !"
ça monte, c’est l’euphorie, et tout le monde envisage des sommets vertigineux.
Ça baisse, c’est la panique   affraid

Quelques exemples :
En juin 87 j’ai gardé un article d’un journal financier, Valeurs Actuelles, qui conseillait 10 valeurs refuges, très solides, qui ne baisseraient pas même si la bourse s’écroulait
La bourse s’est effectivement écroulée en octobre
En décembre, certaines de ces valeurs était à  peine à la moitié de leur cours de juin, et la majorité avaient baissé plus que la moyenne de la bourse.
Toujours à l’automne 87, au début de la baisse,  j’entends à la radio une analyse financière, « pourquoi voulez vous que les gens n’ai pas envie d’acheter des actions Machin à 92 quand ils le payaient 100 il y a un mois ? C’est une opportunité inespérée ! ».
Encore une qui a tout compris : la bourse s'est écroulée, et a perdu 40% en deux mois

En 2008 l’action Lafarge tournait autour le 120/130, la quasi-totalité des analystes étaient haussiers, et beaucoup avaient comme objectif 150. On n’a jamais dépassé le niveau de 130.
Quatre ans plus tard l’action valait 22 et la plupart des analystes était baissiers !

Le jour où la bourse était au plus bas (on vendait de la société générale à 14 alors que 4 ans plus tôt elle était à 160 ! je vois à la télé un brillant financier nous expliquer que « nous étions au début de la baisse, et qu’il fallait s’attendre à un écroulement considérablement plus important »
J’ai dit à mon épouse « ça y est, si tous les cons sont baissiers c’est le moment de racheter ! »
Dés le lendemain la bourse  commençait rapidement sa remontée.

Ces gens là sont extrêmement manipulables, un exemple aujourd’hui même :
Alors qu’EDF tournait entre 17.50 et 18, un cabinet de conseil (des gourous sur le marché) passe ses recommandation de « acheter » à « vendre, et change son objectif de 23 à … 15 !
Franchement, de qui se fout-on ? Soit l’objectif de 23 était de l’escroquerie, soit c’est l’objectif de 15 !
Résultat, le titre a perdu jusqu’à 7% dans la journée, pour terminer à 3.5% de baisse, alors que les CAC40 est monté de plus de 1%.
Je ne plains pas les abrutis qui ont vendu dans la panique.



3) Pourquoi les économistes sont souvent pessimistes ?

Ils sont dans leur rôle, l’économie mondiale est fragile et peut facilement  déraper

Est-ce que, comme le disent parfois certains Cassandre, tout peut s’écrouler ?
Au risque de surprendre, ma réponse est OUI …
Mais c’est très improbable !

Souvenez-vous de Law en 1720, il est l’inventeur de l’économie moderne, et tout marchait bien.
Jusqu’au jour ou trop de porteurs ont voulu récupérer leurs liquidités, et là, panique ! Le système s’est écroulé.



Aujourd’hui  une crise du même genre, même si elle parait peu vraisemblable,  n’est pas totalement impossible, d’autant que l’étalon-or ne garantit plus la monnaie et que, ça ne marche que parce qu’on y croit !

Mais ce qui m’inquiète plus, ce n’est pas la déconnexion d’avec l’or, c’est la rupture avec la réalité.
Jadis on savait qu’un pays qui travaillait, qui produisait des richesses,  devenait prospère.
Depuis Keynes on croit aux recettes miracles !
Comme m’a dit un des mes amis, très à gauche : « c’est facile, pour relancer l’économie, il suffit de distribuer de l’argent à tout le monde, comme ça les gens pourront consommer et l’économie repartira »
Raisonnement simpliste de militant politique ? Oui, mais le problème c’est qu’on entend des discours aussi débiles émanant de responsables politiques.

Il n’y a pas de miracle en économie, pas de richesse spontanée, la richesse, il faut concrètement la créer, et la proportion toujours croissante des inactifs par rapport aux actifs pourrait effectivement nous conduire à la catastrophe.
Donc, faillite générale pas vraiment impossible ?
Dans ce cas, tout ce que vous avez mis en bourse sera peut-être perdu !

La Bourse est donc dangereuse ?
Oui … et non !
Car si ça arrivait, que vous soyez ou non spéculateur, vous perdriez sans doute tout !



A la limite si vous êtes propriétaires de biens immobiliers vous vous en tirerez peut-être mieux que les autres, mais rien de  sûr car l’anarchie qui suivra ne mettra à l’abri ni nos biens, ni même peut-être nos vies.

Donc je ne retiens pas ce scénario catastrophe, non pas parce qu’il est impossible, mais parce que, s’il se produisait, que nous soyons spéculateurs ou non, nous serons tous dans le même naufrage.

4) La bourse ne peut que monter à long terme !



Si l’on exclut le cas d’une faillite mondiale, qui nous mènerait tous dans la même merd  le même bain, examinons le cas – heureusement très probable – où l’économie mondiale perdure, avec des hauts et des bas.
Dans ce cas, la bourse ne peut QUE MONTER à long terme, pour trois  raisons essentielles

A)    La première c’est :  « où voulez vous investir » ?

Il existe d’immenses fortunes, des banques, des  multinationales avec de gros capitaux, des fonds de pensions, des petits et des gros épargnants, au total des sommes absolument colossales, il faut bien les placer quelques part ! Et la bourse est encore le moyen le plus sur de gagner de l’argent à long terme.

B)     La deuxième : La course au pouvoir

L’idée généralement répandue est que les sociétés cotées en bourse capitalisent tellement d’argent que personne ne peut les contrôler
Exemples, capitalisations boursières :
Crédit Agricole 30 milliards d’euros
L’oréal  82 milliards d’euros
Total 100 milliards d’euros
Neslé 240 milliards de dollars
Apple 470 milliards de dollars

Voyons les choses autrement,

Vous êtes immensément riche, vous décidez de vous payer, par exemple, la société Peugeot. Pas besoin d’acheter la totalité, avec 50%+1voix, vous avez la majorité absolue
Maintenant Peugeot se paye 50% plus une voix de Michelin
Avec 25 % d’argent placé dans Michelin vous avez le contrôle absolu
A son tour  Michelin achète 50% plus une voix de technicolor
Avec 12.5% de technicolor vous avec le contrôle absolu

Ça, c’est la théorie ! Mais la réalité est bien pire, car les actionnaires sont en principe tellement diffus qu’avec 20% des voix, parfois moins, vous dirigez la société, donc avec le principe montré plus haut 20% x 20% x 20% = moins de 1%
Vous avez le contrôle absolu de la 3eme société !

De plus ça se fait avec discrétion, ce n’est pas UN individu qui prend 20% des parts, mais un groupe, souvent inconnu, par le biais de toutes sortes de sociétés, dans plusieurs pays (dont bien sûr quelques paradis fiscaux)

Enfin, si les participations croisées (Michelin détient 2% de Peugeot qui détiendrait 3% de Michelin) sont règlementées  et limitées, rien n’empêche les participations complexes du genre (exemple fictif):
L’Oréal possède 10% de Sanofi, qui possède 10% de la BNP et 15% du Crédit Agricole, celui-ci possède 20% de l’Oréal ! La BNP possède 20% de Natixis qui possède 30% de L'oréal.

C’est cette course au pouvoir que comprennent mal certains économistes, quand périodiquement ils nous prédisent la fin du monde économique.

Et ces défaitistes rendent terriblement service à cette finance internationale, car les paniques périodiques  leurs permettent des prises de contrôle à bon marché

La finance internationale devient de plus en plus puissante, et c’est le but.
L’objectif en effet n’est pas seulement d’avoir des actions qui rapportent, mais d’avoir le contrôle de secteurs entiers, permettant de compromettre de multiples gouvernements, de contrôler de nombreuses activités.
Le pouvoir est encore plus important que l’argent que rapportent ces sociétés.


C ) Et si j'avais tort ? si dans deux ans la bourse n'avait toujours pas remonté ?

Mais à la limite on s'en fout ! (sauf si on a besoin de liquidités au mauvais moment)

Je dirais presque, au contraire, car ça permettrait d'acheter d'autres actions et chaque année on a les dividendes, qui sont supérieurs à tous les autres placements !  (en moyenne 2 à 3%)

http://cac-40.net/dividendes-cac-40-2015/

c'est la troisième raison pour laquelle je pense que la bourse ne devrait pas baisser à long terme, et c'est surtout la raison qui fait que, au fond, ça ne me gène pas trop, même si ça baisse quand même ! 
Revenir en haut Aller en bas
 
Bourse : doit-on s'inquieter ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’ONE introduit en Bourse une part de son capital dans EET
» Bourse aux Jouets aux Avenières
» Bourse aux jouets
» Idée: une bourse aux livres
» L’ONE cherche des fonds en Bourse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Burguet :: Vos articles personnels :: Vos articles personnels-
Sauter vers: